Trek de Santa Cruz

La cordillère blanche et ses multiples sommets : endroit rêvé pour faire un trek ! Nous avions déjà en tête de faire celui de Santa Cruz sur 4 jours / 3 nuits dans le Parc National de Huascaran. Pour se faire, direction Huaraz. Rien de spécial à faire ni à voir dans cette ville, mais point de départ de la plupart des treks. C’est via notre auberge Caroline Lodging que nous réservons un départ pour le lendemain matin. Au programme, 45 km sur 4 jours entourés de glaciers et montagnes de plus 6000 mètres, pour atteindre 4750 mètres d’altitude avec  le col de Punta Union. Nous choisissons comme beaucoup un trek en groupe avec un guide, cuisinier (3 repas par jour), transport en mini-bus et mules pour porter les affaires (tentes, duvets, matelas, nourriture pour 4 jours…). A noter qu’il est possible de réaliser ce trek par ses propres moyens.

 

Jour 1 : acclimatation

Départ de l’auberge à 6h pour 5 heures de mini-bus afin de se rendre à Vaqueria, point de départ du trek. Entre-temps, pause photo et petit-déjeuner où l’on peut prendre un « mate de coca » (thé avec des feuilles séchées de coca : très bon !). La route que l’on emprunte est splendide, sinueuse mais splendide, à flanc de montagne avec vue sur les glaciers, lacs…

 

 

 

 

 

 

 

13h : après avoir pris notre « almuerzo » sur le pouce, le trek commence. Le 1er jour se veut être une journée d’acclimatation, pas de gros efforts mais 4 heures de marche entre 3700 et 3900 mètres d’altitude. Le temps n’est pas vraiment avec nous car cette première journée se fera en partie sous la pluie, mais le décor est sublime. On traverse quelques villages avant d’être en plein milieu de nulle part. Nous suivons les mules et arrivons au camp où l’on passera notre première nuit. Chacun monte sa tente au bord du ruisseau, entre ânes et chevaux. Le cuisinier se met à l‘œuvre, on se rejoint tous dans la tente commune : 13 trekkeurs autour de la table, moyenne d’âge 30 ans, éclairés à la bougie. Chacun partage ses anecdotes et bons plans de voyage en passant de l’allemand à l’anglais, de l’espagnol au français. Le repas attendu avec impatience fait un bien fou : soupe, poulet, riz, pomme de terre, mate de coca. On part se coucher, le guide vient de nous annoncer le lever à 6h !

 

 

 

 

 

 

 

Jour 2 : le point culminant

Petit-déjeuner tous ensemble à 6h30 (café/thé, œufs brouillés, saucisses, pain beurre, confiture). 7h, départ pour la journée qui s’annonce être la plus difficile de ces 4 jours mais par chance le soleil est avec nous. Dans les premiers mètres, nous commençons l’ascension vers le point culminant de la journée et du trek, le Punta Union à 4750 mètres. Encore plus qu’hier, nous restons bouche bée devant de tels paysages qui nous donnent des ailes pour passer les quelques passages difficiles. En chemin, outre les mules porteuses et autres trekkeurs, on croisera aussi une vache morte depuis peu et la carcasse d’un âne qui n’a probablement pas supporté l’altitude ou les passages trop abruptes.

 

Pause déjeuner au point culminant après 4 heures de marche et 800 mètres de dénivelé positif : nous dégustons le repas préparé par Félix le chef cuisto, avec une vue panoramique sur les glaciers et les lacs. C’est aussi l’occasion d’observer un renard des montagnes à l’affut de quelques restes à se mettre sous la dent. On goûte aussi la fameuse feuille de coca à mastiquer et garder dans ses joues, utilisée pour ne pas sentir la fatigue, couper la faim et lutter contre le Soroche (mal de l’altitude).

 

 

 

Après le repas, nous entamons la descente vers le camp de base de notre seconde nuit. Cette partie se fait facilement puisque c’est uniquement du plat ou de la descente. On arrive au camp après deux heures de marche. Une grande prairie traversée par un ruisseau avec chevaux sauvages et de nouveau une vue sur les glaciers nous attend. Il est encore tôt et il fait très beau, on se réunit tous autour d’un "trou duc/asshole/arshloch" (jeu de cartes international). Comme la veille, Félix nous a préparé un repas revigorant : soupe, lomo saltado (viande sautée) et thé. On en profite pour échanger avec un couple d’allemands au projet un peu fou. Nous avons d’ailleurs décidé de faire leur portrait.

 

 

 

 

Jour 3 : entre désert et sommets

La nuit à 4200 mètres d’altitude a été plus que fraîche avec une température proche des -5°C. Il a été un peu compliqué pour tout le monde de bien dormir et les visages de chacun au petit-déjeuner en témoignent. Heureusement, d’excellents et énormes pancakes reboostent tout le monde ! Le soleil est toujours au rendez-vous et nous partons pour le 3ème jour de marche. La première étape est un point de vue sur toute la vallée et les sommets enneigés dont celui qui aurait inspiré le logo de la Paramount… Jugez-en par vous même… Après ces 30 minutes de montée pour arriver au point de vue, le reste de la rando se fait en descente ou sur du plat avec des paysages très variés : passage quasi désertique entre 2 flancs de montagne où une avalanche a recouvert l’ancien passage de pierres et sables, lagune turquoise ; et les derniers kilomètres, nous marchons le long d’un ruisseau bordé d’arbres avec de grosses pierres qui transforment la descente tranquille de l’eau en cascades ou rapides. Après 6 heures de marche, nous arrivons au camp installé le long de l’eau et face à une cascade : on est bien, bien, bien !!! Au repas, on découvre une nouvelle soupe à base d’avas (céréale) et de fromage fondu : on en reprendra une seconde fois pour faire honneur au talent de Félix ! La soirée se poursuit autour de la table à la bougie… On est bien, bien, bien !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jour 4 : descente tranquille

Cette journée de marche est très courte puisqu’après 1h30 de descente, nous sommes arrivés à Cashapampa, point final de ce magnifique trek ! Il nous faudra 3 heures de mini-bus pour rejoindre Huaraz.

 

Notre bilan du trek de Santa Cruz

Excellent ! A faire absolument si vous passez dans la région, pas de difficultés techniques majeures si ce n’est une bonne acclimatation à l’altitude et quelques montées un peu longues le deuxième jour. Très bien organisé pour notre part (agence Peru Andes Travel – via notre auberge de jeunesse) : staff très sympa et pro, bons repas, matériel de qualité (tentes, duvets chauds) et une équipe de trekkeurs super sympa. Pour ceux qui auraient un timing limité, il est aussi possible de réaliser le trek en 3 jours / 2 nuits, en combinant les jours 3 et 4 et ça se fait très facilement !

A vos commentaires !