Nos premiers pas en Equateur et en Espagnol

Dimanche 5 juillet : c’est parti ! Nous voilà lancés pour 9 mois de voyage autour du monde et pour se mettre dans l’ambiance et avant notre première étape sud-américaine, rien de tel qu’une dernière soirée Parisienne entre copains avec en fond la finale de la Copa America.

Petite nuit avant le départ pour l’aéroport, sacs sur le dos et excitation à son maximum, nous comptons les minutes avant le décollage… 

DécollageAprès 13h d’avion et une escale à Madrid, nous arrivons à Quito en début de soirée, où nous sommes accueillis par Luis notre chauffeur de taxi. 45min de route séparent le nouvel aéroport du centre-ville de Quito, au cours desquelles nous échangeons nos premiers mots en espagnol, ou du moins nous balbutions les quelques mots appris dans l’avion. La suite de la conversation se poursuit en anglais et le temps d’apprendre quelques infos sur Quito et ses alentours, nous arrivons dans notre famille d’accueil, dans un quartier résidentiel des hauteurs de Quito.

Nous sommes accueillis par Martha Paulina qui nous indique notre chambre pour les 7 prochains jours : au sous-sol, une chambre rustique et une petite salle de bain, rien d’extraordinaire mais on s’y sent déjà bien. Les 7 heures de décalage horaire aidant, nous ne mettons pas longtemps à tomber dans les bras de Morphée, tout en ayant une petite pensée pour notre « test de niveau » d’espagnol du lendemain matin (sans trop de pression quand même…)

 

Retour à l'école

Ne sachant ni l’un ni l’autre parler espagnol, il nous a semblé essentiel d’apprendre les bases de la langue espagnole pour comprendre, s’exprimer, communiquer, et profiter au mieux de notre expérience en Amérique du sud.

C’est donc par une semaine de cours que nous commençons notre voyage. A noter qu’en Equateur l’accent espagnol est très doux et permet un apprentissage plus aisé que dans les autres pays d’Amérique du Sud.

Les cours

Nous avons opté pour la formule « super intensif » de l’organisme Don Quijote et son école de Quito :

  • 30h de cours sur 5 jours / réparties en 20h en groupe + 10h en individuel

Au sein de l’école, une dizaine de profs pour la haute saison et des étudiants de multiple nationalités. Les classes sont organisées par niveau et l’école promet un effectif maximum de 6 étudiants par groupe. Dans notre groupe de débutants coaché par notre prof Isabella, 5 étudiants : Fabian (Suisse), Willy (Autriche), Steevie (USA) et nous 2.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au programme de 9h à 13h : le présent, les adjectifs, les verbes réguliers, les nombres, les pronoms possessifs et démonstratifs … et des exercices de conversations.

Et de 13H40 à 15h40 : cours individuels où on peut faire part de ce qu’on souhaite approfondir ou apprendre en supplément des cours de groupe. L’accent de ce module est donné sur la conversation, c’est un moment privilégié pour améliorer son « aisance » à l’oral.

Tout ça se fait dans une très bonne ambiance avec une sonnerie au début et à la fin de chaque cours qui nous rappelle les bancs de l’école qu’on ne pensait pas retrouver si tôt. L’excitation reste intacte au moment de la récréation, même si les pailles d’or / jus d’orange ont été remplacés pour certains par des cafés/clopes !

A la fin de chaque semaine, pour valider les connaissances acquises : « sortez une feuille et un crayon ! » et c’est parti pour un DS (devoir sur table pour ceux qui auraient oublié). Dans la même journée, s’est faite pour nous, la remise des diplômes, niveau A1 validé !

On a passé une excellente semaine en compagnie de voyageurs aux personnalités attachantes et de profs hauts en couleur. Quant à notre niveau d’espagnol, les bases sont acquises, à nous de nous en servir pour faire de belles rencontres !

 

Le Logement

Don Quijote propose un package « cours / logement ». Pour le logement, nous avions le choix entre :

  • Résidences étudiantes
  • Appartements
  • Famille d’accueil

Nous avons opté pour la famille d’accueil afin d’être « en immersion », pouvoir parler espagnol en dehors des cours et partager des moments avec la famille. C’est chez Martha Paulina que nous avons été accueillis. Sa maison abrite 3 générations : la grand-mère, la mère, la fille et est très révélatrice des liens forts des familles sud-américaines. A chaque repas, oncles, tantes et cousins se joignent à la table pour partager le repas cuisiné par Martha Paulina. Ces repas sont des moments d’échanges privilégiés que nous avons beaucoup appréciés.

 

Quito, une ville bénie

Notre arrivée en Equateur coïncide avec celle du «  Papa Francisco » qui est le sujet phare de toutes les conversations ! On ressent toute la ferveur catholique des Equatoriens qui vivent alors au rythme des déplacements du pape. Magasins, restaurants, bâtiments publics, tous ont sortis posters, drapeaux, et T-shirts à son effigie. On ne voit que « Papa Francisco » sur les chaînes d’infos diffusées à tous les coins de rues. Pour la petite anecdote, alors que les rues étaient bloquées pour le passage du cortège papal, notre prof d’espagnol, aussi dévouée que sportive, s’est trouvée à devoir marcher pendant 3 heures pour arriver jusqu’à l’école… (de quoi se plaignent les passagers de la ligne 13).

On profite du beau temps pour visiter Quito après les cours (et avant de retourner à nos devoirs !). Quito est une ville où il fait bon vivre et notre premier contact avec les équatoriens est très positif.

Le centre historique de Quito est très joli. On marche à travers les petites rues pavées en longeant les façades colorées des anciennes bâtisses. Les petites boutiques en tout genre se succèdent proposant vêtements, chaussures, boissons, glaces, tissus, hifi, artisanat … et font concurrence aux multiples marchands ambulants auprès desquels on peut acheter tout et n’importe quoi : des lacets, des chaussettes, des saladiers, du papier toilette, du jus de coco, du maïs au barbecue, des glaces (dont on se demande comment elles font pour ne pas couler avec la température extérieure), des fruits, du poulet … Bref, un joyeux ballet de petites chariotes toutes plus atypiques les unes que les autres, trainées par des équatoriens de 7 à 77 ans ! La musique se fait entendre de toute part se mêlant aux appels des vendeurs ambulants. On s’enfonce un peu dans les petites rues du centre et on découvre que chaque rue a comme un « thème » avec par là tous les vendeurs de chaussures, un peu plus loin, les accessoires de mariage, puis les jouets pour enfants … En levant un peu la tête, on peut voir que le nom des boutiques est inscrit en fer forgé sur les murs ce qui donne un petit cachet supplémentaire à ce vieux Quito.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peu plus au nord du centre historique, changement de décor avec « la Mariscal » ou plus communément appelée « Gringoland ». Ce quartier dans lequel on retrouve beaucoup de touristes, regroupe une multitude de bars, restaurants, boîtes de nuit, hostals (auberges de jeunesse), agences de voyage. Même s’il est agréable de s’y balader la journée et de flâner dans ses rues colorées, la Mariscal est le lieu de sorties nocturnes des « gringos » et les prix s’en ressentent. On y retrouve les mêmes tarifs qu’en France.

Nos premiers pas à Quito sont aussi l’occasion de se familiariser avec la cuisine équatorienne. On remarque qu’il est possible de manger et grignoter à toute heure de la journée mais qu’il existe également des menus bien spécifiques pour chaque repas de la journée : desayuno (petit déjeuner), almuerzo (déjeuner) et merienda ou cena (dîner). 

 

La Mitad del Mundo : latitude 0°0’00’’

L’Equateur doit son nom au parallèle bien connu du même nom qui divise la Terre en 2 hémisphères. Situé à 20km au Nord de Quito, « La Mitad del Mundo » (le milieu du monde) est un site regroupant monument et musée sur l’histoire du point de passage de la ligne équatoriale. Et on peut être fiers puisque c’est une équipe de scientifiques français qui est à l’origine de cette découverte au XVIIIème siècle.

Pour matérialiser la limite entre les 2 hémisphères nord et sud, une ligne jaune a été tracée, sur laquelle il est de tradition de se prendre en photo… nous n’avons bien sûr pas dérogé à la règle !

Pour le folklore, des expériences sont proposées aux touristes dont :

  • Pour montrer que l’eau ne tourne pas dans le même sens dans l’évier selon que l’on se trouve dans l’hémisphère nord ou sud (force de Coriolis) > jolie farce !
  • Pour montrer qu’à cet endroit de la Terre, les forces s’annulent entre elles, on tente de faire tenir un œuf debout sur un clou de 2mm de diamètre.

C’est amusant mais la rigueur scientifique de ces expériences reste à prouver…

 

2 commentaires

  1. fanny
    salut Solène et Romain, On a vu votre blog et nous avons repéré avec la maîtresse le voyage que vous alliez faire. Les photos de bébé panda sont super. On vous envoie nous aussi quelques photos. Bisous Les élèves de ce1 de la classe de Fanny
    A vos commentaires ! 11 septembre 2015 at 17 h 41 min
    • Panda

      Salut les enfants ! On est content d'avoir de vos nouvelles ! BB Panda en demandait ! On espère que votre rentrée s'est bien passée et que vous étiez contents de retrouver la maîtresse ! BB Panda continue son parcours et découvre en ce moment le Chili ! Il attend vos photos avec impatience et est prêt à relever vos défis :) ! A très vite ! 

      A vos commentaires ! 15 septembre 2015 at 22 h 29 min

A vos commentaires !