La Paz, une étape nécessaire à l’ascension du Huayna Potosi

La Paz

La Paz et son agglomération : 2,3 millions d'habitants, 20% de la population bolivienne : tout est dit ! Nous qui n’aimons pas les grandes villes (à l’exception de notre chère capitale parisienne 🙂 !!), notre étape à La Paz ne nous enchantait pas plus que ça mais était un passage obligé pour organiser l’ascension du Huayna Potosi chère à Romain !

La Paz, capitale administrative de la Bolivie, n’a à nos yeux de caractéristiques d’une capitale que son côté grouillant de monde, de voitures et de bruits !

Pour la beauté du centre colonial il faudra repasser : les rues sont peu entretenues et sales, les nombreuses voitures et leurs gaz d’échappement noir rendent l’air très difficilement respirable à 4000m d’altitude, dans le quartier colonial, les bâtiments qui pourraient être magnifiques sont laissés à l’abandon…

On notera cependant quelques espaces agréables :

 

  • La calle Jaén, seule rue du quartier colonial entretenue où se trouvent quatre musées très intéressants portant sur la culture bolivienne ;
  • La plaza Murillo avec la cathédrale de La Paz, le palais présidentiel et l’édifice du congrès ;
  • La calle Linares avec tous ses petits magasins d’artisanat bolivien et son marché aux sorcières (dans laquelle Soso passera une bonne partie de son temps en l’absence de Romain);
  • La plaza Mayor avec l’église San Francisco.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Huayna Potosi

Depuis que Romain avait entendu parler du Huayna Potosi et de ses 6088 mètres, l’ascension de cette montagne située au nord de La Paz était devenue un objectif lors de notre passage en Bolivie.

Après quelques recherches dans les rues de La Paz afin de trouver l’agence avec laquelle j’effectuerai l’ascension, le rendez-vous est pris : ascension sur 3 jours avec Inca Land Tours.

Après un dernier bisou et la promesse à Soso de faire attention, je rejoins l’agence afin d’essayer et choisir le matériel nécessaire à l’ascension : bottes plastiques (entre chaussures de ski et de rando), crampons, piolet, harnais, gants, cagoule, casque, veste, polaire, pantalon polaire, surpantalon, sac de couchage -10°C. Puis direction le refuge du Huayna Potosi situé à 2 heures de voiture et 4700 mètres d’altitude.  Le trajet sera l’occasion de faire connaissance avec les autres membres de l’expédition : Léna, Elizabeth et Mario, respectivement allemande, anglaise, équatorien, ainsi que notre guide bolivien Romiro. A l’arrivée au refuge, nous faisons la connaissance de Joy, sud-coréen, (un vrai champion on le verra par la suite) qui nous accompagnera également lors de ces 3 jours.
 
Après un almuerzo bien chaud au refuge, nous prenons la direction du glacier afin de nous entrainer à marcher avec les crampons et au maniement du piolet : nous effectuons quelques montées/descentes sur le glacier, simulation de chute et de rattrapage avec le piolet (avoir en tête que la glace est plus dure que la neige et qu’il ne sert à rien de sauter les genoux en avant… ça fait plus mal que je pensais !!) et enfin, escalade d’un mur de glace de 8 mètres à l’aide de deux piolets et des crampons (on est bien évidemment assuré par Romiro). Je redécouvre lors de ce dernier exercice l’existence de muscles dans mes avant-bras !!
 
Ravis de cette mise en jambe et nouvelle expérience, nous retournons au refuge, encore plus pressés de faire cette ascension. Jeu de cartes, repas, on échange sur les différences culturelles entre chacun de nos pays puis direction le lit et nos maxi duvets pour nous protéger du froid.
 
Le deuxième jour vise à se rendre au Rock Camp, refuge situé à 5130 mètres, et point de départ de l’ascension vers le sommet du Huayna Potosi. La montée au refuge se fait en mode « normal », c’est-à-dire affaires classiques de randonnée sur soit tandis que l’ensemble du matériel nécessaire à l’ascension du Huayna Potosi doit être porté dans le sac à dos.
 
Moins d’1/2h après le départ, le temps se couvre et nous nous dirigeons vers Rock Camp dans une belle purée de pois ! La deuxième heure de marche se fera quant à elle sous les chutes de neige mais pas le temps d’avoir froid avec le poids du sac (près de 12 kg) et les 400 mètres de dénivelé à grimper.
 
Après 2 heures d’ascension, nous arrivons au Rock Camp. Je me sens plutôt en pleine forme (pas de problèmes de souffle, tête ou estomac liés à l’altitude) et je me dis que les treks et randonnées réalisés lors de ces deux derniers mois en Equateur et au Pérou vont me permettre d’atteindre le sommet du Huayna Potosi.  Mais comme Romiro nous le fait remarquer, le temps n’est vraiment pas bon, ce qui fait nous poser des questions sur les difficultés qui nous attendent le lendemain !!

Après avoir copieusement mangé, nous nous couchons à 18h… et oui, le réveil est prévu à 00h pour un début d’ascension à 1h !!

Alors que je n’ai pas spécialement dormi, Romiro nous réveille à 00h30 pour nous annoncer que les conditions météorologiques sont très mauvaises avec des chutes de neige continues depuis plusieurs heures. Avec les autres guides, il est décidé que le début de l’ascension est repoussé à 2h/2h30 à condition que la neige cesse de tomber… Dans le cas contraire, il serait trop dangereux de s’engager dans l’ascension et il faudrait donc rebrousser chemin ! J’espère que les conditions vont s’améliorer et attends avec impatience le réveil à 2h !

Je rouvre les yeux… il est 6h !!  Pas de réveil à 2h car les conditions météorologiques sont restées celles qu’elles étaient à 00h30… A savoir trop dangereuses pour une ascension du Huayna Potosi aujourd’hui ! Un gros sentiment de frustration s’empare de moi… Encore plus quand les guides nous annoncent que cela n’était pas arrivé depuis plus de 3 semaines… et encore plus quand à 7h, le soleil brille sur le sommet que nous apercevons du refuge ! Mais pas question d’effectuer l’ascension à cette heure-ci, le manteau neigeux sera bientôt fragilisé par les rayons du soleil !! Joy, notre ami sud-coréen, qui semble aussi frustré que la plupart des trekkeurs du refuge décide de partir en solo pour rejoindre le sommet… Alors que les guides croyaient à une plaisanterie, ils l’arrêtent au dernier moment avant de lui faire comprendre à grands renforts de cris son irresponsabilité que ce soit envers lui-même ou envers les guides qui auraient dû partir à sa poursuite !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après un petit-déjeuner pris dans une ambiance quelque peu morose, nous repartons… vers le refuge à 4700 mètres… alors que les guides nous ont demandé de nous équiper de nos bottes plastiques, les premiers pas de la descente dans la neige (nous sommes passés la veille au même endroit mais avec 3 fois moins de neige) nous rappellent les importantes chutes de neige de la nuit !

Alors que l’ascension du Huayna Potosi et de ses 6088 mètres était devenue un objectif clé de notre voyage en Amérique du Sud, je ressors de ces 3 jours très frustré… Cependant, les conditions météorologiques ne se commandent pas et les guides, avec leurs nombreuses années d’expériences, ont pris la bonne décision pour la sécurité de tous !! (Je dis ça maintenant, mais sur le coup j’avais plutôt envie de prendre mon piolet et de me défouler sur les rochers des alentours !!)

Malgré cela, la vue à 5130 mètres à 7h du matin était déjà magnifique ! Cet aperçu d’ascension n’a fait que renforcer mon envie de faire un 6000 mètres que j’espère effectuer avant de quitter l’Amérique du Sud : les sommets à 6000 mètres ne se présentent pas tous les jours et je ne serai peut-être jamais autant acclimaté à l’altitude !!

Il est temps de retrouver Soso et de lui raconter mon ascension « rêvée » à défaut d’être réelle !

7 commentaires

  1. Keke
    Oh j'ai revé sur cet article. Une aventure, de belles images, et une fin triste... Bravo Roro! Et pas de regret à avoir
    A vos commentaires ! 14 septembre 2015 at 14 h 28 min
  2. Poping Moming
    Merci Roro de ces commentaires. Te connaissant, nous comprenons ta rage de na pas avoir pu monter tes "6000". mais déjà 5130 m c pas mal !!!  peut-être avant la fin de votre périple en amérique du sud !!!!! Le Chili vous tend les bras, alors .......
    A vos commentaires ! 13 septembre 2015 at 16 h 43 min
  3. David
    Sont fous ces Koréens !! Dommage de ne pas avoir pu y aller, mais déjà respect d'avoir essayé, faut être sacrément courageux !! Bisous à tous les deux, on suit avec attention vos péripéties !!
    A vos commentaires ! 13 septembre 2015 at 16 h 21 min
    • Panda

      Merci David ! avec du recul je me dis que j'aurais dû le suivre ce Coréen ! :) 

      A vos commentaires ! 15 septembre 2015 at 22 h 33 min
  4. Mylaine
    Ohmondieu !!! Ça va pas bien de monter si haut !? Redscends tout de suite ! ;) Très  courageux. Bisous à vous 2 :)
    A vos commentaires ! 12 septembre 2015 at 14 h 35 min
  5. Chéché
    Deg pour toi ! Y'a l'Aconcagua dans le Nord de l'Argentine sinon, mais à un terrain de basket prêt, t'es plutôt sur un 7000m :) et je crois me rappeler que c'était une semaine d'ascension !
    A vos commentaires ! 9 septembre 2015 at 7 h 53 min
    • Panda

      7000m ?? Une formalité ! mais dommage on ne passe pas par l'Argentine !! 

      A vos commentaires ! 15 septembre 2015 at 22 h 17 min

A vos commentaires !