La gastronomie équatorienne

 

L’Equateur est un pays très riche en fruits & légumes, la diversité de ces produits sur les marchés est impressionnante et nombre d’entre eux sont inconnus des étales européens (guanabana, tomate del arbol, pepino, pitajaya, chirimoya…)

Ce grand choix de produits en fruits et légumes mais également en viandes ou poissons observé sur les marchés, ne se retrouve pas vraiment sur les cartes des restaurants.

Il faut savoir qu’en Equateur chaque repas a une composition spécifique et commune à tous les restaurants. On vous donne la composition des plats la plus fréquente.

 

 

 

 

 

 

 

 

Desayuno = Petit-déj

  • « Jugo » (jus de fruit) frais préparé en direct (en ce qui nous concerne, quasiment toujours excellent et parfois à volonté)
  • Café ou thé (les équatoriens consomment beaucoup plus de café au lait que de café noir – faut-il y voir un lien avec le goût du café noir qui laisse souvent à désirer ? Triste sort pour un pays producteur de café !)
  • Accompagnement, on retrouve en général :

« Huevos revueltos » (œufs brouillés) ou « huevos frios » (œufs sur le plat)
"Pan con queso" (pain avec fromage) : petit pain rond avec une tranche de « fromage à sandwich »

 

Almuerzo = Déjeuner

  • « Jugo » : L’eau n’étant pas potable en Equateur, il est plus que déconseillé de demander une carafe d’eau, et si vous voulez une bouteille d’eau, il vous en coûtera plus cher qu’un jus de fruit ou un soda !
  • « Sopa » (soupe) : en général constituée d’un bouillon avec coriandre, céleri, pommes de terre, un morceau d’épis de maïs, un morceau de viande (souvent du poulet et parfois même ses pattes… on en a déduit que la viande était surtout là pour donner du goût au bouillon…).
  • « Segundo » (plat) : plat toujours composé d’une portion d’arroz (riz), de viande (très souvent du pollo/poulet, sinon porc ou bœuf), de crudités (tomate, avocat, salade verte), de pommes de terre.

 

Cena / Merienda = Dîner

  • Identique à l’almuerzo

 

Dans ces menus, il est rarement proposé un « postre » (dessert) mais quand il y en a un, il s’agit souvent d’un morceau de fromage avec du miel. Dans "fromage", il faut comprendre une sorte de babybel. Contrairement aux déjeuners et diners français où le pain tient une place importante, vous n’en trouverez quasiment jamais sur les tables équatoriennes.

Chacun de ces repas est en général proposé autour de 3$ (un peu moins de 3€) en sortant des sentiers touristiques bien évidemment. Ce sont les menus du jour mais on trouve également des plats à la carte dont le prix est toujours bien supérieur à celui d’un menu complet.

Avec ces prix abordables, les menus « almuerzo » et « cena » sont des options privilégiées par les locaux. Si ces menus, pour lesquels nous avons très souvent opté, sont une très bonne alternative économique, on doit avouer qu’après un mois passé en Equateur, nous faisons une légère overdose d’arroz et de pollo !!

A noter que le pollo est une institution en Equateur, il n’y a qu’à observer le nombre de « pollerias »,  restaurants proposant uniquement des plats à base de poulet !

 

Autres spécialités

 

En dehors des menus du jour, ci-dessous un aperçu des spécialités équatoriennes que nous avons pu tester.

  • Empanadas : un de nos repas sur le pouce préféré. Ces petits chaussons salés fourrés au fromage, aux légumes, au poulet (ou autres viandes) ont un très bon rapport goût/prix (indicateur important à nos yeux en Equateur !)
  • Humitas : pâte de maïs avec oignons, œufs, épices voire fromage, cuite à la vapeur dans une feuille de maïs choclo. Texture spéciale en bouche qu’on ne connait pas en France, bon plat et très consistant.
  • Tamales : pâte de maïs avec légumes et poulet, cuite à la vapeur dans une feuille de bananier (ou maïs).
  • Quimbolitos : petit gâteau moelleux à base d’un mélange de farine de maïs et blé, sucre, fromage râpé et raisins secs ,cuit à la vapeur dans une feuille de bananier.
  • Bolon de verde : Boule frite de purée de bananes planteurs, avec un l’intérieur fromage fondu et petits légumes.
  • Cuy (prononcé « couille ») : cette spécialité à résonnance un peu particulière pour nous français est un cochon d’inde grillé… Et oui, en Equateur, on trouve plus de cochons d’inde dans les assiettes que dans les chambres des enfants ! Nous voulions absolument goûter des « cuys » : pas d’erreur possible sur la marchandise, le petit animal est servi entier (on aurait presque envie d’aller le promener s’il ne lui manquait pas les yeux !). Les cuys se mangent avec les doigts et sont servis avec des papas (pommes de terre), du mote (une variété de maïs). Bien épicés, les cuys n’en sont que meilleurs.
  • Ceviche équatorien : soupe froide à base de tomates, citrons, oignons avec crevettes et coriandre.
  • Maïs : l’Equateur compte un grand nombre de variétés de maïs et donc de façons différentes de le manger : grains de maïs frits (à grignoter ou à manger en accompagnement), épis de maïs bouillis ou encore mote.

 

 

 

 

 

  • Chips de bananes : on en trouve à tous les coins de rue, on retiendra plus le goût de la chips que celui de la banane.
  • Glace : en Equateur, les glaces se vendent comme des petits pains à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, qu’elles soient artisanales (souvent en forme de pot de yaourt) ou industrielles. On trouve même des « fausses glaces ». Curieux de savoir pourquoi ces dernières ne fondaient pas en plein soleil, nous les avons testées : il s’agit en fait de blancs d’œufs montés en neige aromatisés à la fraise ou à la vanille. En toute franchise, aucun intérêt gustatif !
  • Canelazo : cocktail offert après les cuys. Servi chaud, il fait un excellent digestif. Citron, sucre, herbes et zhumir (alcool).

¡Buen provecho!

A vos commentaires !